http://www.crysalys.fr Le monde de crysalys site officiel du jeu de rôle Coeur de Dréanne par les fans, pour les fans

Vous êtes ici: Accueil » L’histoire du monde

Les peuples de Crysalys sont nombreux et ils ont des cultures diversifiées. Mais ils partagent une origine et une histoire commune. Ces dernières sont liées à un seul être et les fées en craignent à ce point la puissance qu’elles ne prononcent jamais son nom. Tout le monde préfère de loin l’appeler par ses titres : l’Impératrice ou la Grande Architecte.Les Fées se reconnaissent toutes comme étant les enfants de l’Impératrice et s’ils savent qu’ils ne sont pas toujours le fruit de sa chair ou sa progéniture directe, ils partagent sa nature d’esprits issus des Chimères, ainsi qu’une infime part de sa puissance (le pouvoir du Krysme).

Quand trente millénaires plus tôt, l’esprit de l’Impératrice se façonne un corps, elle arrive sur une terre vierge de toute créature intelligente.
Pour meubler ce vide, elle réunit toute sa puissance et crée les Géminirs en donnant à des corps une partie de son essence spirituelle.
Faibles de corps mais adroits de leurs mains et de leurs esprits, les Géminirs se lancent dans l’aventure de la société et de la civilisation : art où ils atteignent rapidement un très haut niveau. L’Impératrice vivra longtemps parmi eux et les Géminirs resteront toujours fidèles à leurs racines et fiers de leurs origines.

Les Géminirs émancipés, l’Impératrice se lance dans la création d’une nouvelle génération de créatures féeriques.
Solides, forts, acharnés, les Serliens n’ont reçu que l’étincelle de vie de l’Impératrice : ils ne lui sont liés en aucune manière par l’esprit ou par la chair. Les Serliens obtiendront leurs indépendance beaucoup plus rapidement que les Géminirs et ils ne se sentiront jamais particulièrement redevables envers leur génitrice…
Son projet accompli, l’Impératrice disparut pour une longue période avant de réapparaître… en plusieurs endroits à la fois.
Escaladant à chaque fois un degré supplémentaire dans la puissance de ses créations, la Grande Architecte avait donné le jour à une troisième famille de Fées. Celles-ci furent appelées Célyades, Fées Majeures ou Fées Eriées, car elles étaient plus proches de l’Impératrice que toutes les autres.

Mais comme l’Impératrice, les Fées Eriées devaient rechercher leur raison d’être en dehors des sociétés Féeriques car ces dernières ne correspondaient pas à ce que les Fées majeures recherchaient : elles avaient déjà tant de choses… Elles partirent donc les unes après les autres en quête de pouvoir, de connaissances, d’une vérité Chimérique ou bien à la recherche d’un défi.
Plus personne ne revit jamais de Fée Eriée de la première génération, et seules leurs descendantes sont parvenues jusqu’à nous. Les forces des dernières génération sont très diminuées et elles se mêlent volontiers au commun féerique.

Puis tout d’un coup, les éléments se déchaînèrent avec une violence inouïe et c’est dans un décor de fin du monde que devait naître l’Infante, la fille naturelle de l’Impératrice qui allait vite devenir son double en tout points.

Pour les historiens féeriques, la naissance de l’Infante devait marquer la fin de la deuxième ère, celle de la naissance des principales créatures de la race des Hautes Fées.
La première avait débuté avec l’incarnation de l’Impératrice et d’autres esprits dans des corps de chair et aurait prit fin avec la venue au le monde des Géminirs.
L’Infante grandit vite en âge et en puissance. Suivant l’exemple de l’Impératrice, elle conçut une nouvelle race de Fées. Les lutins étaient très chétifs et la jeune Dréanne fut très critiqué pour avoir sculpté des corps aussi faibles.

Vexée, l’Infante disparut dans la forêt et s’enferma dans une complète solitude. Les Néryades devaient apparaître bien plus tard. Ces dernières étaient très semblables aux Célyades mais leur caractères étaient très différents.
Les Néryades furent raillées à leur tour pour leur sauvagerie excessive et, en butte au ressentiment général et aux rumeurs, la première génération des Néryades s’exila elle aussi.

Amère, l’Infante disparut de nouveau. Des nouvelles furent données par l’intermédiaire des Tralams, une nouvelle race qui s’installa au sud des Terres Féeriques.
Contrairement aux frêles Lutins, les Tralams étaient larges d’épaule et d’une constitution trapue.
On vint de loin pour voir les nouveaux venus, mais les Tralams refusèrent de se fondre dans la société féerique. De toutes parts, la stupéfaction fut grande… Et le peuple féerique eût l’intuition que tôt ou tard, une rupture entre l’Impératrice et l’Infante allait se produire.

Mais la deuxième Dréanne demeurait mystérieusement cachée, jusqu’au jour où l’on apprit que l’Infante s’était retirée dans une île, au sud-ouest. Elle vivait en compagnie de Néryades fidèles et parmis des créatures non-féeriques. Ces dernières avaient l’apparence des Fées mais se comportaient comme des animaux. Après observation, il devint évident que l’Infante trahissait les Fées en faveur des créatures.

La troisième ère prit fin quand l’Impératrice rassembla ses troupes pour les conduire devant l’île de la traîtresse, car toutes les médiations pour ramener l’Infante à la raison avaient échouées…
Pour mener son combat, l’Impératrice choisit une variété de Serliens très puissants : les Sunériens. Ces derniers faisaient figures de colosses face à toutes les autres Fées.

La quatrième ère fut une époque d’escarmouches et de combats entre les troupes de l’Impératrice et celles de l’Infante. La grande guerre opposa longuement les armées de l’Impératrice nombreuses en troupes, à celles de l’Infante plus réduites mais très puissantes.
C’est pendant cette période troublée que les Serliens Sunériens se distinguèrent des autres Fées par leur bravoure et que les Fenriges, les puissants Fées-loups démontrèrent toute leur férocité.

Le quatrième âge prit fin avec la chute de l’Infante : l’île qui lui servait de refuge fut précipité dans les flots et l’armée de monstres qui la défendait fut majoritairement noyée en même temps que la propriétaire des lieux.
Cylériame était parmi les rares rescapés : cette Néryade avait joué un rôle déterminant dans la conduite de la guerre aux cotés de l’Infante. Elle fut jugée, sa Purperine fut confisqué et la traîtresse fut bannie parmi les animaux en bordure de l’empire féerique. Nul ne sait ce qu’elle est devenue depuis.

Si la quatrième ère fut marquée par la tragédie, la cinquième n’allait pas être plus heureuse.
Brisée par la guerre contre sa fille et les horreurs qui en résultèrent, l’Impératrice s’était retiré des affaires de sa nation et les Dragons Majeurs avaient pris la relève. Leur premier acte a été de récompenser ceux qui avaient mené la guerre contre les traîtres : les Serliens Sunériens.
Leur arrivée au pouvoir allait bouleverser la structure politique en place et se confronter à un nouvel ennemi : le froid.
Il devint rapidement évident que les domaines du nord étaient soumis à un gel de plus en plus intense et bientôt, des convois se formèrent pour le sud.

Mais leur lente progression ne se fit pas sans difficultés, car des groupes de pillards attaquèrent les convois. Et ces escarmouches s’intensifièrent.
Les créatures qui attaquaient les convois semblaient toutes être d’origine féerique , mais d’une apparence étrangère à celle des enfants des Dréannes.
Les grands dragons, qui étaient les conseillers de l’Impératrice, ne voulaient pas d’une nouvelle guerre pour le peuple des Fées, pas plus que l’Impératrice. Cependant, la situation se présentait mal : les terres féeriques se rétrécissaient de plus en plus sous l’effet de la glaciation et la population qu’elles abritaient se retrouvait cernée par la mer à l’est, des créatures singes et des Fées hostiles à l’ouest et au sud et les Glaces au nord… La situation semblait donc sans issue.
Alors deux clans se formèrent. Celui de l’Impératrice était le plus petit et il s’exila vers un autre monde. L’autre était celui des dragons et des Serliens. Ces derniers s’enfuirent pour le sud-est, vers un pays en proie au désert, abandonnant leurs domaines à la sauvagerie des Fées inconnues.

L’Impératrice porta son choix sur la Lune de sa terre d’origine. Cet astre était tout proche, et son apparence de monde stérile devait protéger le nouveau domaine des Fées de la curiosité de ses ennemis. Elle creusa donc le sol pour atteindre le noyau du monde, qu’elle évida, et c’est à l’intérieur de la planète qu’elle recréa un monde paradisiaque pour ses fidèles.
Puis, elle envoya des messagers pour convaincre le reste de son peuple de venir la rejoindre.

Ce dernier répondit à l’appel car sur place, la situation avait encore dégénérée et la guerre avec les « Mandréanniens », des Fées hostiles, battait son plein. C’est donc en plusieurs grandes vagues que se fit l’évacuation. Les colons utilisèrent une porte des Chimères dressée pour eux par la magie de l’Impératrice. Cette porte utilisait les propriétés de la Chimère pour permettre aux colons d’atteindre leur destination à moindre effort. Mais la route était très longue, même raccourcie par le biais de la magie. Ce n’est qu’au bout de plusieurs semaines que les colons sortirent en masse du couloir.

Mais sur Crysalys, leur nouveau monde, rien n’était prêt pour accueillir une telle masse de gens et les nouveaux venus durent défricher des pans entier de territoire pour trouver des terres où subsister. Ces dernières se firent de plus en plus rares car les suivant de l’Impératrice, premiers arrivés, avaient beaucoup prospéré mais se faisaient tirer l’oreille pour partager leurs richesses avec leurs frères infortunés .

En bons gouvernants, les grands dragons émigrèrent en derniers. Leur arrivée fut le déclic qui devait bouleverser l’ordre en place au profit d’un nouveau, à leurs yeux plus juste. Les premiers arrivés sur Crysalys se sentirent lésés par le nouveau pouvoir et ils s’exilèrent. Leurs terres ont été réunies en un vaste empire, dirigé par les descendants des grands seigneurs de guerre d’antan et obéissants à un conseil de sages, le Conseil Majeur. Ce dernier se prétend l’héritier officiel de l’Impératrice et il est essentiellement composé de ses anciens conseillers : les puissants dragons majeurs.